Concours

Recommander

Présentation

Qui sommes nous ?

Certains nous connaissent, comme négociants sur le Sud Est de la France, d’autres comme vinificateurs Nowat, ou en tant que vignerons bio en AOC Côtes de Provence.

Nous avons notre propre vision du vin, nous sommes dans le monde du vin sans être du monde du vin.


Le blog est aujourd’hui un excellent moyen de communiquer et de partager ses idées… Nous souhaitons partager notre passion du vin, mais aussi nos passions en général.

Si vous souhaitez avoir d'autres informations sur nous, vous pouvez aussi consulter notre site internet :

http://www.duperebarrera.com 

Samedi 6 mai 2006 6 06 /05 /Mai /2006 17:34

En lisant les blogs de Thunevin ou de hervé Bizeul (pour citer ceux que j’aime beaucoup), je me rends compte qu’en ce moment, c’est la grande activité pour tous.

 

On fait venir du monde dans les vignes (ébourgeonnage, palissage, piochage etc), dans le chai (nouvelle climatisation plus économique, mise en bouteille), on fait travailler le comptable, les banquiers etc bref, en plus de la paperasserie et de l’administratif, on se demande toujours si finalement, être salarié à 35 heures + jours fériés et week end, ça n’est pas plus reposant ?

 

Avec tous cela, on vient de se décider pour prendre une semaine de congé en juillet !!! …pour apprendre chez un céramiste à chercher ses propres argiles dans la nature pour les travailler ensuite en cuisson primitive !

 

En effet, le terroir de la Procure est riche en argile (sous couche de près de 20 mètres d’épaisseur alternant avec des passages plus calcaires) et on aimerait bien en tirer des céramiques de « terroir ». A suivre donc. Et pour le fun, voici (hors sujet mais pour le plaisir des yeux), une vue depuis les hauteurs de Toulon (sommet du mont Faron) ou nous allons régulièrement prendre un peu de hauteur (de distance) face à cette activité sociale certes passionnante mais quelques fois trop prenante.

Par Dupéré Barrera - Publié dans : humeur du moment
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 27 avril 2006 4 27 /04 /Avr /2006 07:52

Certains en lisant nos articles nous disent avoir l'impression que nous sommes toujours en voyage, en fait c'est que l'on écris beaucoup lorsque nous sommes en déplacement mais de "la job" (à la vigne et au chai), il y en a !

En ce moment, nous travaillons nos terres (près de 7 hectares). Pas d'herbicide (nous sommes en bio), cela veut dire que l'herbe pousse pas mal et qu'il faut "griffer" le sol pour la limiter. Emmanuelle et moi même alternons à cette tâche qui, il faut le dire, abîme pas mal le dos.

Des variétés incroyables d'herbes poussent dans le plantier. Les couleurs sont superbes : bleu pour la bourrache, rouge des coquelicots, jaune, vert, etc... Mais cela veut dire aussi que les graines sont là, dans le sol, pour l'année prochaine, donc le travail du sol est un cycle et.. il n'est jamais fini.

 

Par Dupéré Barrera - Publié dans : le domaine du clos de la Procure
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 23 avril 2006 7 23 /04 /Avr /2006 09:17

Je me souviens il y a peu de temps d’une superbe réunion de grands producteurs sudistes par le mouvement Slow Food autour de ce cépage très répandu et pourtant pas assez connu : le Grenache.

 

Evidemment, on peut évoquer Rayas, ce Châteauneuf du Pape mythique qui avait comme réputation de produire des vins peu colorés mais d’une grande finesse et d’un potentiel de garde incroyable. On évoquera aussi l’Espagne, berceau du Granacha et pourquoi pas la Sardaigne (cf notre article sur villa Favorita ou nous avons été séduit par un 100 % grenache d’une très grande classe : panevino).

Mais l’idée de redécouvrir différentes facettes de ce cépage par le club de dégustation, l’Avenir du Vin de la région Marseillaise, se fera autour du Roussillon, du Languedoc, de la Vallée du Rhône et de la Provence. 

 

Iéna et Françoise sont partis en virée dans ces régions pour nous ramener « leur » sélection de grenache… Voyez plutôt :

Corbières Château la Baronne 2004 blanc (6,5 euros)

Roussillon (en vin de pays des côtes catalanes) Le Clos des Fées d’Hervé et Claudine Bizeul en vieilles vignes de grenache Blanc (18 euros)

Haut Gléon (Languedoc) en grenache gris en vin de pays 2005 (8 euros)

Dupéré Barrera, la Procure parcelle de la « Font du Cure » (100 % grenache noir en côtes de Provence 2002 à 12 euros)

Languedoc d’Alain Chabanon les boissières 2002 (21 euros)

Côtes du Rhône de Gramenon « a pascal S » 2003 (23 euros)

Châteauneuf du pape la Janasse cuvée Chaupin 2001 (35 euros)

Minervois borie de maurel 2001 (12 euros)

Collioure mas blanc l’agoulle 2001 (13 euros)

Et en vin doux naturel l’incontournable Mas Amiel Maury vintage 2002.

 

Difficile de résumer une telle soirée mais voici les vins que j’ai beaucoup aimé :

Le blanc très équilibré du clos des Fées (surtout en le redégustant à table le lendemain) ce vin à l’ouverture présentait des notes soufrées (chou, pierre à fusil) qui ont déroutées certains dégustateurs, mais ces arômes ont rapidement été remplacés par des notes florales délicates.

La Janasse très beau vin mais typé international et le coté « Parker » n’a pas plu à tous.

La Font du cure 2002 (notre premier vin de domaine) pour sa qualité de fruit et sa façon de transcender le millésime (réputé catastrophique dans le sud).

 

Le Gramenon « a Pascal S » tout comme la cuvée « la mémé » sont pour moi des très grands vins de la vallée du Rhône (très supérieurs d’ailleurs à beaucoup de chateauneuf) mais ils ont souffert de la canicule de 2003 et on perçoit hélas derrière le fruit et l’énorme matière une acidité volatile brûlante et dérangeante.

 

Bien aimé aussi, l’expression très droite du grenache sur schiste (secteur Banyuls) du Mas Blanc 2001.

 

Les Languedoc, cette soirée là, se goûtaient plutôt mal. Difficile de généraliser sur ces quelques exemples mais il est possible qu’en Languedoc les efforts se portent plus sur la Syrah ou le Carignan que sur le grenache qui reste en Roussillon et en vallée du Rhône un cépage roi !)

Par Dupéré Barrera - Publié dans : dégustations oenophiles
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Mercredi 19 avril 2006 3 19 /04 /Avr /2006 22:09

  "Bandol" dans le sud de la France est réputé pour ses vins, surtout les rouges, à base de mourvèdre et ayant beaucoup de caractère. Mais c'est aussi l'occasion pendant le week-end de pâques d'aller au marché des potiers de Bandol , pour voir  ce qui se fait d'intéressant dans le monde de la céramique.

Une vue des pièces en grès sur le stand de stéphanie Durand, installée à Dieulefit (26). Les théïères sont très originales...

Le marché regroupe des céramistes des quatres coins de la France, mais aussi de l'Europe.  

Ci-dessous les bols de Nanny Champy-Schott. Petits bols en raku, mais aussi en porcelaine.

Cette année, il y a une très belle exposition qui est consacrée aux céramistes coréens.  Ci-dessous une oeuvre que nous trouvons vraiment magnifique du Coréen  Youn-Rae Kong. Parmis les autres céramistes coréens présents, nous retrouvons : Bon-Grim Han, Jong Hun Park, Soo-Jong Ree et Youn-Ho Lee.

 

 Le marché des potiers est terminé, mais l'exposition dure jusqu'au 1 er mai  au centre culturel de Bandol.

 

Par Dupéré Barrera - Publié dans : curiosités
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 18 avril 2006 2 18 /04 /Avr /2006 10:36

 Pour poursuivre avec l'Italie suite à notre voyage à Vérone, nous avons décidé d'essayer le restaurant Porto fino de Toulon. Lorsque nous avions fait un article sur le restaurant le pointilliste, un bloggeur nous avait conseillé ce restaurant et nous avons donc décidé d'aller y manger. Ce restaurant est ouvert depuis un peu plus d'un an et il est situé dans le vieux Toulon. L'endroit n'est pas vraiment très évident à trouver (rue de la comédie, près de la poste centrale).C'est un tout petit restaurant (20 places assises) avec une ambiance très sympa. La cuisine italienne est familiale, avec par exemple cette assiette de charcuterie italienne, servi par le maître des lieux.  

 Le maître des lieux c'est lui. Tout le long du repas, il nous fait découvrir les spécialités italiennes en nous les servant une par une. Il y a environ 8 services d'entrées, avec des petites bouchées, il y a pleins de saveurs, c'est vraiment délicieux.

La cuisinière c'est elle: Tatiana, elle nous concocte des spécialités familiales italiennes qui ont du goût.

                                              Le repas s'est terminé avec le traditionnel tiramisu, très bon.

 

Une adresse à découvrir, qui nous replonge dans l'Italie et sa cuisine, le temps de prendre un bon moment.  Nous y retournerons bientôt avec notre ami Mike, italien d'origine.

Remarque : Souvent sur notre notre blog, les commentaires concernants les restos paraissent que positifs, c'est aussi que quand un resto n'est vraiment pas terrible, on évite plutôt d'en parler. Par exemple, nous étions avant hier au restaurant "le jardin du sommelier" de Toulon, pourtant cité par Michelin et le guide Ganthié, nous aurions beaucoup à dire concernant le service, les plats etc...

Bref, cela ne correspond pas à nos goûts ni à nos attentes, le pire étant (et là cela mérite d'être signalé) un service de vins au verre indigne de tout sommelier qui se respecte : des vins blancs glacés : plus aucun arôme ! De plus les verres sont remplis en cuisine et du coup on ne voit jamais les bouteilles et cela n'est pas très pro non plus. Bref, les fondamentaux ne sont pas là, dommage.

Par Dupéré Barrera - Publié dans : gastronomie découverte
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Dimanche 16 avril 2006 7 16 /04 /Avr /2006 10:30

 De retour du Québec, nous voilà reparti pour l'Italie. Après 7 heures de route, nous arrivons près de Vérone.

 Notre lieu d'accueil est la Villa Favorita pour le salon "vin nature" organisé par Angolino Maule (vigneron italien).

Voici ci dessous, l'une des belles salles qui accueillaient les vignerons, nous étions installés dans une salle voutée au sous-sol.

Me voilà sur notre stand prête à faire déguster nos vins (La Procure blanc 2004, Rouge de 2002 à 2004 et Nowat 2003).

Ci-dessous Jessica, "notre" traductrice italienne que le salon nous avait mis à disposition. Quelle femme charmante.

 

 Parmi nos découvertes du salon,  nous avons dégusté un domaine italien vraiment très intéressant. Il se nomme Panevino qui est situé en Sardaigne. Leur cépage est le Cannonau,  qui est le nom du cépage grenache la-bas.

Nous avons aussi beaucoup aimé le vin de paille du Domaine de la Tournelle, les Alsaces de Bott-Geyl, les vins d'Antoine Arena, Domaine de Bellivière et  les champagnes de Boulard. Il y en avait pleins d'autres, mais nous n'avons pas eu le temps de tout déguster.

Ci-dessus, les "Bott-Geyl" d'Alsace, comme vous pouvez le voir il n'y avait pas grand chose à déguster :-))))

Le co-bloggeur Francis Boulard de Champagne en plein service.

 Ce fut aussi  l'occasion de voir notre importateur japonais et ses collaborateurs.

 Deux jours à rester debout derrière un stand et à rencontrer des amateurs et professionnels, c'est passionnant mais épuisant ! Après cela, une brusque envie de se retrouver "chez nous", dans nos vignes, dans notre chai. La communication, c'est très utile mais on est loin du concret, du "toucher". 

Par Dupéré Barrera - Publié dans : le domaine du clos de la Procure
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Samedi 15 avril 2006 6 15 /04 /Avr /2006 13:18

Photo d'actualité prise au Québec la semaine dernière, dans un magasin dont le Patron à de l'humour.

Joyeuse pâques....

 

Par Dupéré Barrera - Publié dans : curiosités
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 14 avril 2006 5 14 /04 /Avr /2006 12:33

Nous terminons notre voyage par une rencontre avec les étudiants de l' Institut de Tourisme et l'hôtellerie de Montréal. Nous étions invité pour parler de notre démarche à la classe de sommellerie. Pour nous, c'est toujours intéressant de parler à des futurs sommeliers et d'avoir un échange.

Ci-dessus, les élèves en sommellerie de l'Ithq.

Nous allons encore cette année avoir un stagiaire sommelier de cette école. Il se prénomme Rémi et nous vous en reparlerons.  Leur professeur de  sommellerie est Véronique Dalle, sommelière au bar à vins le Pullman, dont nous avons déjà parlé dans un précédent article. C'est selon nous, une des meilleurs et des plus passionées sommelière de Montréal.

Sur la photo, Véronique Dalle au centre, Geneviève dite "Jenny" notre stagiaire de l'année dernière qui travaille au Pullman à droite et moi qui me cache devant autant de jolies femmes.

Voici un petit article paru dans la revue Elle -Québec, qui parle justement du Pullman et de Catherine la propriétaire des lieux.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et juste avant de prendre notre avion, nous avons savourés un plat de sushis dans notre resto favori : le mikado.   Et puis, un petit thé chez Camellia Sinensis, qui est un des endroits que je préfère à Montréal.

Voilà, nous quittons Montréal avec regret, mais nous allons y revenir début août, c'est bientôt....

 

Une vue depuis le vieux Montréal

Par Dupéré Barrera - Publié dans : humeur du moment
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 13 avril 2006 4 13 /04 /Avr /2006 10:55

 Manger au restaurant "le Toqué", nouvellement classé "Relais et Châteaux", est vraiment une expérience à vivre. Le lieu est de style contemporain, le personnel attentif, mais ce qu'il y a d'inoubliable est dans l'assiette. Ca nous a fait penser à notre repas chez El Bulli, mais en mieux. Plus de saveurs, de texture, de couleur.

 Ci-dessous, notre ami Pascal Paradis (en dehors des heures de services !) qui est le sommelier du Toqué. Derrière nous, quelques bouteilles de leur magnifique cave à vins. 

Notre repas a duré presque 5 heures et on a pas vu le temps passer. Il a commencé par ce saumon biologique mariné, croustille de pomme de terre et crème fumée.

La bouteille de vin que nous voyons sur la photo est un Mosel-Saar-Ruwer 2002, Riesling Schifferterrassen, Weingut H. Löwenstein, Délicieux.

Nous  avons poursuivi avec une huître Sinku, jus de lime, huile de basilic et gelée d'orange, ce fût un de mes moment préféré au niveau des saveurs (c'est Emmanuelle qui écrit).

 On ne peut pas mettre toutes les photos car le menu comprenait douze services. Donc, nous avons fait une petite sélection.

 Suprême de canette rôti, purée de racines de persil, pleurote érigé, betterave jaune, carotte et jeunes poireaux.Accompagné par le Saumur 2001, la Ripaille du domaine du Collier (le fil des Foucault).

 

Ci-dessus, la terrine de foie gras de canard et salade croustillante de pate de fruit acidulée et servie avec un arbois 2004 chardonnay la mailloche de notre ami stéphane Tissot.

Ci-dessous, le fromage "Riopelle" (c'est aussi le nom de la place en face du Toqué décorée des sculptures du célèbre artiste peintre québécois Riopelle), oignon caramellisé et réduction de raisin de corinthe. 

 

 

Et pour finir, un des deux délicieux dessert (bravo l'équipe patissière !), les premières fraises darselects de serres du Québec et ananas, mousse de yaourt et sorbet à la fraise mara des bois :

Ci-dessous le célèbre et médiatisé Chef Normand Laprise dans la cuisine du restaurant. L'équipe en cuisine est composée de 18 personnes et en salle de 15 personnes. Cela fait du monde, managé avec brio par Christine Lamarche.

 Un repas inoubliable, digne d'une des plus grandes tables de Montréal. On ne peut que vous inviter à en faire l'expérience.

Par Dupéré Barrera - Publié dans : gastronomie découverte
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 12 avril 2006 3 12 /04 /Avr /2006 10:14

 Ci-dessous l'érablière la chicoine à St-Hyacinthe où nous avons passé une journée à "la cabane à sucre".

L'activité de tout bon québécois qui se respecte est d'aller au moins un fois par an à la Cabane à sucre. Laurent qui n'est pas québécois, mais quand même marié avec une québécoise, n'avait jamais eu l'occasion de vivre cette expérience. Car la période pour aller dans une cabane est durant les montées de sèves des érables pendant les mois de mars et avril. Etant donc là pendant cette période nous avons choisi notre cabane, plutôt traditionnelle.

Nous sommes partis un dimanche matin manger les plats typiques. Notre journée a donc débutée à 11 heures avec le repas servis par des dames charmantes en habits traditionnels.

Nous avons eu droit aussi pendant le repas à l'accordéon.

Le repas commence par une soupe au pois. Ensuite, nous avons les oreilles de christ, c'est du gras de lard croustillant. Pour le régime, c'est idéal :-)))) Il y a aussi le bacon (le lard grillé) et le jambon que l'on arrose de sirop d'érable et  l'omelette.

Ci-dessous, Pascal nous montre un sceau qui recueille la sève d'érable à travers un trou fait dans l'écorce.

 Ci-dessous, le patron de la place. Nous voyons derrière lui les "marmittes" où l'eau d'érable doit bouillir pour devenir le sirop d'érable (40 litres de sève dont on fait évaporer l'eau pour obtenir un litre de sirop d'érable !!!).

Et enfin, le moment que je préfère de la journée. La tire d'érable. On met sur de la neige du sirop d'érable encore plus compact (la tire sorte de concentré de sirop qui est "gelé" sur le banc glacé). 

Et voilà, un aperçu d'un grand plaisir du printemps québécois, un événement où le peuple du Québec se souvient de son passé rural et de ses traditions.
Par Dupéré Barrera - Publié dans : gastronomie découverte
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires

Calendrier

Juillet 2014
L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      
<< < > >>

Recherche

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés