Concours

Recommander

Présentation

humeur du moment

Dimanche 25 février 2007 7 25 /02 /Fév /2007 10:52

Un sujet qui nous touche beaucoup car nous aimons vraiment l’art dans toute ses formes d’expressions (chant, céramique, peinture, cinéma, musique sacrée, etc).

Une dépêche récente de l’AFP nous fait doucement sourire :

« Succédant à Picasso, Warhol et autres Chagall, le prince de Galles a accepté d'illustrer l'étiquette de la nouvelle cuvée de Château Mouton Rothschild, a annoncé la baronne Philippine de Rothschild vendredi à New York, en dévoilant l'aquarelle.

Le prince de Galles s'ajoute ainsi à une longue liste d'artistes ayant chaque année illustré l'étiquette, toujours en échange de 10 caisses de Mouton: Braque, Dali, César, Miro, Warhol, Soulages, Haring, etc. »

Il me semble que le monde va bizarre… Quand on voit ces noms d’artistes effectivement reconnus et que l’on retrouve ensuite une aquarelle ordinaire d’un vacancier d'Antibes (c'est un beau paysage de pins) qui n’a été choisi visiblement que parce que son auteur (?) est une célébrité « people ».

 

Déjà que certains grands crus de Bordeaux ne font plus selon moi du "vrai vin" mais des produits de luxe à forte image de marque basés trop souvent sur une agriculture polluante (desherbants qui contaminent nos ressources en eaux souterraines)  et des techniques œnologiques réparatrices (point de vue encore une fois personnel) mais voilà qu‘on veut maintenant nous faire croire que célébrité et artiste, c‘est la même chose !!!

Bref, si vous ne faites pas la différence entre une aquarelle du salon de ma grand-mère et un tryptique de Soulages ou une toile de Bacon, continuez à acheter en primeur à prix d’or, des bouteilles célèbres pour nouveaux russes décadents.

Manu devant un vase d'IKEA à 6 euros ou face à une oeuvre de Nobuyuki OGAWA (grès engobé de 2003 nommé "silence") ???

Le pire dans tous cela, c’est qu’il existe dans le bordelais, des vrais vignerons (didier Michaud du château Planquette par exemple pour n’en citer qu’un - http://pros.orange.fr/planquette/index.html) dont on ne parle quasiment jamais hélas (ou trop peu).

Par Dupéré Barrera - Publié dans : humeur du moment
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 21 février 2007 3 21 /02 /Fév /2007 11:04

Un billet pas courant. D’habitude sur ce blog, on parle de façon plutôt positive de bonne bouffes, de bons vins, de rencontres et de voyages. Mais ce matin, sur la route du Languedoc, pour finir  les assemblages de vins de pays d’Oc, j’écoutais la radio et deux points m’ont marqués :

 

Le premier concerne le suicide d’un employé des automobiles Renault, firme française du CAC 40 dirigée par un certain carlos G. dont le visage me fait peur !

 

Toujours difficile aujourd’hui d’imaginer que dans une entreprise, certaines conditions sont réunies (stress, hiérarchie débile, petit chef, harcèlement, objectifs intenables etc) pour amener un homme à s’ôter la vie (je sais aussi qu’il faut relativiser car, il y a aussi des paramètres personnels qui font qu’on en arrive au suicide).

 

Et alors, je me replonge soudainement plus d’une dizaine d’année en arrière, à l’époque ou je travaillais comme ingénieur géologue mes 12 heures par jour comme un con il faut le dire (mais je regrette rien puisque cela m’a mené ou j’en suis aujourd’hui et que je suis heureux d’y être).

 

La création de l’entreprise « les vins Dupéré Barrera » en 2000 a aussi été une bien belle galère (du moins les 4 premières années) mais là, ce n’était plus contre un chef de service ou un big boss qu’on luttait mais contre des banques (ha ! la trésorerie), les marchés frileux, les clients (souvent français) anti négoce (par ignorance), la paperasserie des douanes et des administrations (ségo sarko bayrou écoutez cela aussi), etc.

 

Pas de regret non plus, c’est la vie. Bref, j’aimerai dire à ces employés au bord du suicide qu’il existe une vie en dehors de leur entreprise (et du travail pour « gagner » de l’argent) et que tout est possible (j’ai pas écris facile, mais possible). Qu’ils suivent leur passion.

 manu et son frère, nico photographe, en pleine séance de photo sur notre tracteur... Renault !

 

On parle souvent de sectes qui amènent certaines personnes au désespoir mais au vu de l’actualité, je me demande si certains lieux professionnels ne pourraient pas être classés comme dangereux pour la santé mentale ?

 

Pour ma deuxième remarque concernant la radio, c’est une pub d’une connerie affligeante concernant la lutte contre l’alcoolisme : « boire ou séduire il faut choisir ». Dire qu’il y a des énarques (probablement à tendances suicidaires aussi ? ou totalement inconscients) qui sont payés pour faire ce type de campagnes absurdes où le gars qui drague une fille boit « 3 verres », l’emmène dans sa voiture et tue la fille dans le premier virage venu parce qu’il a bu « un verre » !!!  

 

En entendant cela à la radio, je me suis dit que notre système social était un peu bancal (ségo bayrou écoutez cela aussi, sarko lui, il boit pas d’alcool !).  

 

On ne précise pas bien sur dans cette pub payée par nos impôts de quoi sont fait ces trois verres : vodka vomito ou bonne AOC du Roussillon. Bref, on se demande si la confusion est entretenue pour nous faire arrêter de jouir des bonnes choses de la vie et… continuer à travailler et à se suicider dans les grandes entreprises du CAC 40 pour que le monde continue à tourner dans son horrible perfection !

Par Dupéré Barrera - Publié dans : humeur du moment
Ecrire un commentaire - Voir les 5 commentaires
Mercredi 10 janvier 2007 3 10 /01 /Jan /2007 15:15

Sortie la semaine dernière en France du dernier film de ridley Scott : une Grande année avec Russel Crowe et marion Cotillard…

C’est sur que ce n’est pas un chef d’œuvre du point de vue cinéphile mais pour tout bon amateur de vin, c’est un incontournable.

 

Ce type de film (avec Sideways aussi) fait plus pour le vin que 10 campagnes bien pâles de nos syndicats d’appellation. Merci, et une fois n’est pas coutume, à nos amis américains (tiens au passage, s’il y en a qui connaissent un bon importateur sur les USA, on peut lui faire passer le message que nous n’avons plus d’importation dans ce pays car les séquelles du 11 septembre 2001 ont laminés notre ancien (et trop gentil) représentant !).

 

Dans le film, quelques perles et quelques erreurs grossières. Personnellement, j’ai bien aimé le début du film avec un choix de vin au service entre un grand Bandol (Tempier très connu aux USA grâce à Kermit Lynch) et un châteauneuf du pape (ou d’ailleurs le même Kermit est maintenant propriétaire). Le Tempier est préféré… Yes !!!

 

Dans le film également une réflexion entre les notions de vignerons et de propriétaires de châteaux… En effet, cela pourrait faire réfléchir quelques nantis riches et hélas pas toujours passionnés de vins, qui ne mettent jamais les pieds dans les vignes (à la rigueur en 4x4) ou dans le chai (sauf pour la photo en chemisette blanche pour les journalistes) mais qui pavoisent à longueur de salons ou de dîners mondains de « leur » vins et de « leur » façon de travailler !

 

Par contre le coup du vin de garage en Lubéron n’est pas du tout crédible. Encore moins quand on apprend que les autres vins du domaine sont imbuvables ! C’est tout bonnement impossible. Quelqu’un qui sait faire un grand vin de garage ne peut pas faire un mauvais vin de domaine à moins de faire vraiment exprès et même là ce serait difficile !

 

Voilà pour ces quelques pistes de réflexions qui vous invitent surtout à aller voir ce film qui reste par son sujet très intéressant…

 Et pour finir, le hors sujet du jour : un temple en bois du XV ième siècle découvert lors d'une promenade avec notre agente Hanami Saïto dans le nord du Japon (aucun rapport avec le film mais je n'aime pas les articles sans photo !)

Par Dupéré Barrera - Publié dans : humeur du moment
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Lundi 1 janvier 2007 1 01 /01 /Jan /2007 21:03

BONNE ANNEE 2007 A TOUS.

PAIX, AMOUR, SANTE ET PLEINS DE DECOUVERTES OENOPHILES.

Par Dupéré Barrera - Publié dans : humeur du moment
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Vendredi 8 décembre 2006 5 08 /12 /Déc /2006 22:26

Aujourd’hui, j’ai eu au téléphone nos amis Claudine et Hervé Bizeul qui nous demandaient une info sur les codes barres spécifiques à la SAQ (je répète SAQ = Société des Alcools du Québec et, pour certains français de France Québec = une province du Canada, la plus chaleureuse et spontanée selon nous).

Du coup, je me suis rendu compte que l’on parlait souvent des SAQ sur notre blog sans que ce soit très clair pour nos lecteurs non québécois.

En effet, le système de commercialisation est un peu particulier au Québec, certains vins sont en importation privée (destinés principalement à la belle restauration via nos agents en l’occurrence pour le clos des fées et nous-mêmes : Gilles Martin et les deux ex sommeliers très pointus : Eric Thomassin et André Papineau).

D’autres sont proposés au grand public via le réseau de succursales hiérarchisées en « Signature » (il n’y en a que 2, une à Montréal et une à Québec, avec les étiquettes rares ou médiatisées), puis les « Sélections » (le top avec des belles spécialités), les « Classiques » (plus ou moins grandes) et puis des points de ventes plus simples : les express.

Certaines classiques, comme celle sur Jean Talon méritent le détour par la qualité et la passion des conseillers en vin.

A noter le décors incroyable dans une ancienne gare réaménagée.

D’autres nous ont quasiment fait déprimer par le coté « fonctionnaires » style un proche de la retraite dans un immeuble glauque année 70 de la sécu en banlieue parisienne un jeudi pluvieux de fin d’automne un jour de grève à la RATP.

Heureusement aussi, certains étaient très réceptifs à notre message et nous ont encouragés à continuer à faire le tour du Québec à découvrir des coins ou on aurait jamais du aller.

Et pour finir une autre vue depuis notre hôtel de Montréal avec au premier plan la toute nouvelle grande bibliothèque avec en consultation des quantités d’ouvrages et de revues incroyables et des expos souvent très intéressantes(et gratuites) et au loin le mont Royal véritable poumon de verdure au cœur de la métropole.

Notez qu’il y a 10 jours la neige n’était pas encore là, il parait que depuis elle est enfin arrivée (ils adorent ça, les québécois, la première neige)… C’est presque comme au Japon avec les premières fleurs de cerisiers.

Par Dupéré Barrera - Publié dans : humeur du moment
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Dimanche 5 novembre 2006 7 05 /11 /Nov /2006 18:59

Petites réflexions du dimanche soir… En fait, c’est un ensemble d’événements qui fait que j’aborde ce sujet. Tout d’abord, vendredi dernier belle dégustation verticale de 2 vins d’Alain Brumont : Bouscassé et Montus de 1996 à 2000.

Une soirée qui m’a agréablement surpris, les vins se dégustent plutôt bien notamment Bouscassé 2000 rustique et élégant à la fois et Montus 1996 qui commence à arriver à son apogée. Bref, le Tannat est un cépage qui vaut le coup d’être redécouvert. Une bonne partie des membres de notre club de dégustation a préféré le Montus plus extrait plus tape à l’œil (bois neuf non négligeable), d’autres, dont je fais partie, ont préféré la classe du terroir de Bouscassé.

Brumont est un homme d’ambition ; il a acheté des dizaines d’hectares (plus de 80 hectares pour Montus), a construit ce qu’il nomme une cathédrale pour ses vins (très beaux chais), a planté, lancé plein de cuvées (la tyre, Xl, Taurus etc), transformé son château en hôtel de standing etc… Et selon, la presse, il était sur le point tout simplement de faire faillite il y a peu. Je ne connais pas le dossier mais ce que je sais c’est qu’à force de grandir et de faire des dizaines de projets à la fois, on finit par se perdre quelques fois (souvent d’ailleurs au profit des banquiers véreux).

Coïncidence, le jour même, je rencontrai mon comptable pour faire le point sur l’année en cours et sur les investissements à venir (fin 2006 ou début 2007 ?) et celui-ci m’a presque sermonné parce que je ne développai pas assez l’affaire Dupéré Barrera.

Et pour couronner le tout, Manu vient de m’offrir l’intégrale en DVD (10 épisodes) de Mondovino, nettement plus intéressant que la version cinéma. On y voit en détail pas mal de millionnaires (Américains, bourguignons, bordelais, libanais etc) parler du vin et de leur vie. Ça fait peur pour peu que l’on observe la chose de près.

Bref, plutôt que de sacrifier mon week-end à préparer des commandes et à augmenter mon chiffre d’affaires, j’ai préféré aller voir le dernier Woody Allen (scoop), visiter l’expo d’Anton Tapies à Toulon !!!, ramasser des olives avec des amis, la famille (oui même la grand-mère de 92 ans) et préparer quelques pièces de céramiques en prévision d’une cuisson dans un four traditionnel à bois que l’on va construire dans nos vignes…

Construction l'été dernier d'un four à bois en brique réfractaire avec le spécialiste : frédéric Le Fur, céramiste à Montpeyroux près de Clermont Ferrand). Et pour le fun, voici les résultats de deux cuissons :

Et le soir venu, alors que manu est partie répéter un stabat mater et deux salve Regina dans une petite chapelle privée de Hyères, j’en profite pour écrire ce petit article sur notre blog !

Par Dupéré Barrera - Publié dans : humeur du moment
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 17 septembre 2006 7 17 /09 /Sep /2006 22:43

Après le guide vert de la RVF (cf un article précédent), c’est au tour du guide Hachette des vins 2007 de sortir.

Nous produisons plusieurs appellations en négoce (Côtes du Rhône Villages, Châteauneuf du Pape, coteaux du Languedoc, vin de pays d’Oc notamment) mais nous avons choisi de présenter nos vins qu’à deux sessions : côtes de Provence où nous sommes producteurs et Bandol, AOC voisine que nous apprécions beaucoup.

Le Côtes de Provence Nowat rouge 2003 obtient une étoile avec un commentaire sur la démarche nowat et ce descriptif : « une cuvée grenat brillant, dont les arômes évoquent le cassis et la groseille. Des tanins riches étayent sa chaire ronde et persistante, non dénuée d’élégance. Déjà agréable, cette bouteille le restera encore jusqu’en 2008 ».

Notre vin de domaine (le Clos de la Procure) 2004 rouge est également retenu avec ce commentaire : « un vin chaleureux qui évoque le sous-bois et la réglisse ».

Et pour Bandol… rien pour Dupéré Barrera comme chaque année depuis que nous portons nos échantillons chez un œnologue conseil, chargé par le guide de présenter les vins à l’aveugle !!!

En conclusion, c’est un guide intéressant pour y faire des découvertes, en revanche, compte-tenu de l’hétérogénéité des jurys et donc des systèmes de notations, il ne faut pas tenir compte des notes mais plutôt des commentaires. Et puis, un petit message pour ceux qui font le guide (et qui probablement devant les enjeux financiers et organisationnels se foutent de nos conseils), s’il vous plait pour l’AOC Bandol,…Faites regrouper les échantillons par le syndicat comme c’est le cas en Côtes de Provence et non pas chez un professionnel qui a des intérêts commerciaux évidents en Bandol (une question d’éthique).

Par Dupéré Barrera - Publié dans : humeur du moment
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Dimanche 3 septembre 2006 7 03 /09 /Sep /2006 13:41

Visite à la Procure deux foix par an de notre jeune controleuse Ecocert pour vérifier que l'on travaille bien en bio.

Cette année, nous aurons le droit de mettre sur l'étiquette "vin issu de raisin en conversion à l'agriculture biologique" même si dans les faits, ces raisins sont déjà convertis depuis 2002 !

Petite tournée des maturités et, puisque j'en avais le temps, bref passage au domaine Sainte Roseline nouveau promu 1 étoile dans le guide vert.

Dégustation au caveau dans des petits verres (plus petits que des INAO, pour touristes) pas très passionnante (selon mes goûts perso) notamment sur les entrées de gamme et les vins négoce. La cuvée Prieuré 2004 rouge au boisé envoûtant reste mon vin préféré. La cuvée baron très haut de gamme tant vantée dans le guide RVF n'est hélàs pas encore disponible (l'échantillon sélectionné a eu pour mémoire 16,5 / 20, soit la meilleure note pour un côtes de Provence 2004).

Si vous passez en Provence, cette visite reste un classique notamment pour la beauté des lieux (et la chapelle Sainte Roseline) et pour l'exposition des oeuvres du sculpteur AMAN que l'on retrouve au caveau et en extérieur dont voici quelques vues :

Par Dupéré Barrera - Publié dans : humeur du moment
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Samedi 26 août 2006 6 26 /08 /Août /2006 14:32

Et voilà, ce n’est pas la rentrée littéraire quoique… c’est la sortie des grands guides sur le vin. Avec, pour ouvrir le bal, le guide vert de la RVF, celui que l’on appelait autrefois le Bettane Desseauve.

Photo du guide 2007 au côté d’un vase cuisson au bois dans le style Raku d’Emmanuelle. A noter la couleur rouge du cuivre (en milieu oxydatif) qui vire au bleu vert lors de l’enfumage en milieu réducteur.

Comme tous les guides, il y des bonnes choses et d’autres plus critiquables ; Il n’en reste pas moins qu’il s’agit, selon nous, d’un des meilleurs guides pour les amateurs oenophiles.

Sur le forum de dégustateurs.com, les commentaires commencent à se faire sur une rubrique intéressante…

Difficile d’évoquer tout le contenu du guide mais pour ce qui est de Dupéré Barrera voici en gros les résultats : Nous sommes présents dans le guide depuis quelques années maintenant, ce qui en soi est déjà très positif. Peu de changement dans notre région sinon que Tempier à Bandol gagne une étoile de plus et c‘est amplement mérité (cf notre article avec le journaliste japonais) et Pradeaux lui, en perd une.

Pour ce qui est des notes, tout d’abord, un mystère : les vins blanc et rouge de notre domaine de la Procure n’ont pas été notés ! Peut-être par ce que sur l’étiquette, on ne lis pas Dupéré Barrera en gros mais la Procure ! D’où l’oubli ???

Ou bien peut-être avions-nous présenté trop de côtes de Provence rouge : le NOWAT, plutôt très bien noté (16/20, une des meilleures notes de l'appellation) et le « en caractère » (noté 14,5/20), désormais notre second vin (également vinifié en nowat).

Très bonne note aussi pour nos vins de négoce sur belles AOC : Bandol 2004 et Châteauneuf du Pape 2004 (respectivement 15,5 et 16/20).

Bref, amis amateurs, laissez vous guider par ce petit bouquin vert mais, n’oubliez pas, que c’est votre goût qui importe et votre plaisir à boire les vins !

Par Dupéré Barrera - Publié dans : humeur du moment
Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires
Mardi 22 août 2006 2 22 /08 /Août /2006 22:01

Malgré de décalage horaire, nous sommes allés samedi dernier à la foire bio de Correns. Ce petit village de l'arrière pays varois à une heure de route de Toulon est souvent surnommé ainsi du fait de la concentration très forte d'agriculteurs bio et de la volonté de la mairie de se positionner dans ce référencement écologique. La cave coopérative de Correns est une des très rares entités certifiées bio dans ce type de structure ! Bravo à eux. Très bon blancs et rosés (cuvée vallon del sourn).

La foire bio regroupait des producteurs, des vendeurs de produits écologiques (brique monomur, géothermie, isolation par le chanvre etc très utiles pour la construction de notre futur chai de la Procure).

Elle permet d'assister à des conférences plus ou moins passionnantes (et oui, les bio carburants serait une réponse intelligente à la crise du pétrole actuelle, y compris, pourquoi pas, selon certains, utiliser la distillation des excédents de mauvais vins de France comme carburant !).

Une conférence m'a particulièrement plu, c'est celle de Daniel Noel de la très bonne revue « Vini Vitistis Bio ». J'en profite aussi pour rendre hommage à ce conseiller vigne, mille fois moins médiatique que certaines "stars" mais tellement vrai et juste.

C'est lui (sur des conseils gratuits, il faut le dire, c'est tellement rare aujourd'hui, dans ce monde de business à tous va) qui nous a permis d'expérimenter avec succès sur nos vignes l'utilisation d'huiles essentielles bio d'eucalyptus et de citrus.

Nous avons pu diviser (cette année plutôt clémente il faut le souligner) les doses de traitement par deux systématiquement. De plus avec l'homologation en 2006 du fenugrec (sorte de farine d'avoine contre l'oïdium et l'absence de mildiou, c'était un plaisir de passer le pulvé (aucun danger d'intoxication ou d'irritation !).

 

Après la conférence (orientée sur la permaculture - manu vous fera un article un jour sur Fukuoka, ce vieux sage japonais à l'origine de l'excellent livre : « la révolution d'un seul brin de paille »), la disponibilité, la passion presque militante et l'expérience de Daniel Noel fait que nous avons encore énormément appris.

Une très belle rencontre humaine et pour conclure, je reprendrai juste une phrase de monsieur noel : « dans mon métier et dans ma vie, je ne souhaite pas faire voeux de pauvreté mais de simplicité ».

Illustration de la simplicité par ce tableau du peintre québecois Robert Wolfe actuellement exposé à la grande bibliothèque de Montréal (retrospective majeure de l'artiste à ne pas manquer si vous êtes dans la capitale économique du Québec). "Le démon en cage"

Par Dupéré Barrera - Publié dans : humeur du moment
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires

Calendrier

Août 2014
L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31
             
<< < > >>

Recherche

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés