Concours

Recommander

Présentation

Dimanche 22 janvier 2006 7 22 /01 /Jan /2006 09:50

Et voilà, cette année nous débutons un peu plus tôt que d’habitude… Faut dire qu’avec le plantier de Syrah et les petits fermages de vieilles vignes de mourvèdre en plus, cela commence à faire beaucoup à tailler (près de 7 hectares).

Nous faisons toute la taille nous même, certains vignerons diront que c’est de la folie (ou de l’inconscience) mais cela nous plait beaucoup.

Je pense bien sûr à deux de nos « co-blogueurs » : hervé Bizeul et Jean-Luc Thunevin. Il y a quelques temps Hervé dans son blog nous parlait de sa nécessité de déléguer au maximum les travaux de la vigne à son équipe pour pouvoir aller parler de son vin et de sa démarche à travers le monde entier (Angleterre, Belgique etc).

Hervé aussi évoquait les « entrepreneurs » californiens par opposition aux agriculteurs français, et il a raison, mille fois raison, pour faire du business, être reconnu et réussir (réussite à la Aimé Guibert par exemple avec son Daumas Gassac), il faut prendre le temps d’aller rencontrer les journalistes, amateurs, restaurateurs et sommeliers, cavistes etc…

Il faut investir de son temps et de son énergie, faire déguster, envoyer des échantillons, si possible être parkerisé, poser dans les revues, faire de la Pub et du bon marketing, des interviews radio, et jusqu’à, pourquoi pas, des emissions people style "Delarue" à la TV française (cf un des derniers articles de Thunevin) !

 

 

 

Bref, il ne faut pas passer des semaines dans ses champs de vignes, quasiment seul, le dos courbé comme ça :

 

 

 

Manu, hier dans nos vignes, je précise hier car en fait, nous suivons le calendrier lunaire et biodyn - il s’agit d’éviter les périodes de nœuds lunaires (défavorable à la taille) notamment.

 

 

 

Actuellement la lune est descendante et c’est très bien pour effectuer la taille (en gobelet sur l’ensemble de notre vignoble). Pas de palissage fil de fer, juste quand il en faut (pour les cépages retombants comme le cinsault – sur la photo) des piquets de bois.

 

 

 

Manu en pleine réflexion de taille avec un sécateur électrique (pas nowat donc ;-))) La batterie finalement très légère est sur le gilet au dos.

 

 

 

Laurent, à l’ancienne, avec le sécateur poignée tournante. Là faut dire qu’après quelques heures de taille, on est nettement moins efficace qu’avec l’électrique. Les muscles et tendons de la main qui taille fatiguent beaucoup plus vite, il s’agit alors d’aller boire un thé chaud ou d’aller replanter les piquets bois déstabilisés par le passage du tracteur.

Par Dupéré Barrera - Publié dans : le domaine du clos de la Procure
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Retour à l'accueil

Calendrier

Juillet 2014
L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      
<< < > >>

Recherche

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés